L’électrique : où en est YAMAHA ?

En particulier si vous habitez à Paris, vous y pensez de plus en plus car cette solution pourrait vous convenir.

Nous traitons la question car beaucoup de clients nous demandent pourquoi Yamaha apparait si en retard.

Yamaha n’est pas en retard, explication.

Yamaha a des prototypes électriques, hydrogènes et hybrides depuis des dizaines d’années. Il y a même 2 modèles déja commercialisés dans d’autres pays. Pour rappel, c’est Yamaha qui a fabriqué les premiers vélos électriques en 1993 et qui produit aujourd’hui une gamme de moteurs pour vélos très haut de gamme. Rappelons aussi que Yamaha est détenu en grande partie par le groupe TOYOTA/LEXUS leader de l’hybride en automobile, vous voyez le lien ?

Donc si Yamaha n’a pas mis sur le marché des scooters électriques malgré tout, c’est qu’il y a bien des explications ! Voici quelques pistes :

Pour abaisser les couts de production et afin que les batteries soient échangeables (station d’échange possible!), Yamaha, Piaggio, KTM et HONDA ont décidé de s’associer … mais très récemment, en 2021. Nous imaginons qu’il y a logiquement un sujet sur le recyclage dans cette alliance, sujet non traité par les marques émergentes à notre connaissance.

Les mécaniciens doivent suivre des formations officielles de la marque, et obtenir une habilitation car les problèmes de sécurité sont très différents et plus nombreux. (Electrocution et incendies en plus des thermiques). 

Les grands constructeurs arrivent sur un marché quand il est prêt et rentable.   

Ils vont progressivement proposer leur offre électrique et cela commence en 2022 avec 5 modèles  … 

Si on regarde l’offre des grandes marques en Janvier 2022, il y a BMW avec leur unique produit à partir de 13000€  et il y a aussi Piaggio qui commence tout juste. Vont suivre HONDA et YAMAHA.

Toutes les autres marques sont “émergentes” : fiabilité, disponibilité des pièces, formation des techniciens, maillage sur le territoire, manuels et procédures, qualité, endurance … autant d’éléments qui ne rivalisent pas avec les standards actuels du thermique des grands constructeurs.

Mais pourquoi y a t-il autant de produits de ces nouvelles marques ? Les marques jeunes n’ont pas les mêmes niveaux d’exigence et cela permet d’aller beaucoup plus vite. Par ailleurs, l’offre actuelle concerne des produits de faible puissance, et qui sont commercialisés en Chine le plus souvent, ce qui explique le design parfois décalé par rapport à nos attentes.

Il faut savoir qu’il y a eu beaucoup d’incendies catastrophiques sur les véhicules électriques des marques émergentes et sans que l’on puisse déterminer la cause : boutique entière Doc biker (Paris 15), flotte INDIGO WEEL (Toulouse), entrepot de Cityscoot (Paris), sans parler de feux spontanés dans des locaux privés ou dans la rue. Ces exemples montrent qu’il y encore du travail question conception et sécurité…

Conclusion : Cette hâte de se procurer un véhicule électrique à Paris est en fait intimement liée à la politique de la mairie de Paris qui ne soucie pas de savoir si il existe ou pas une offre sérieuse de deux roues électriques. Pour inciter au changement, la mairie de Paris a lancé une offensive contre les véhicules thermiques, avec notamment le stationnement payant. A ce sujet, il y a déja une procédure en cours pour annuler cette mesure qui a déja été décallée au 1er Septembre. Il y aura d’autres manifestations à ce sujet. Nous vous invitons à devenir membre de la FFMC pour être informé des suites de cette affaire et ainsi les aider à nous défendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.